4 jours à NEW YORK en hiver

La température est aux alentours des 0°C (ressenti -10°C) et le vent glacial pique le visage, 8 heures d’avion et l’attente à la douane ont quelque peu ankylosé mes muscles mais je ne sens rien et je me sens bien ! L’excitation au top ! J’arrive à New York pour la première fois.

Du bruit, des lumières, des va-et-vient, on capte une ambiance folle d’agitation perpétuelle. C’est une grande ville qui bouge, toujours en mouvement, qui brasse beaucoup de gens, de cultures et d’idées. C’est alors que la ville vous happe, et là, elle vous avale ou elle vous recrache, emprisonné ou libre. New York, on l’aime ou on l’aime pas et moi je l’aime !

New York est donc vraiment gigantesque, flâner le nez en l’air vaut bien sa signification ici. Mais y rester 4 jours c’est vraiment très court ! Alors un minimum d’organisation est le bienvenu :)
Je me suis fixée quelques grands axes à suivre par jour, balisés par des étapes culturelles, architecturales et gustatives, tout en me laissant un peu d’impro. Oui parce qu’au détour d’un croisement, il y a toujours quelque chose à voir !

Image description

L’organisation avant le départ : Facile !
1. Vérifier la validité du passeport et faire la demande d’ESTA. C’est un formulaire à remplir en ligne, obligatoire pour venir aux États-Unis.
2. Bien regarder la météo. L’été il fait chaud et l’hiver il fait froid ! Mais ça varie avec le vent, le soleil, la pluie… (analyser le ressenti = -10°C !) Je me suis remerciée, d’avoir pris un collant heatech ! Avec aussi des chaussettes en laine, une doudoune imperméable, des gants polaires, un bonnet (ou une cagoule intégrale)…
3. Prévoir des chaussures pour marcher, marcher beaucoup.
4. Imprimer le City Pass, pour faire plein de trucs cool pour presque 2 fois moins cher et « presque » éviter les files d’attente (le MET, le Guggenheim, l’Empire State, la statue de la liberté, Top of the Rock…).

J’étais logée à Chelsea dans Manhattan, un quartier tranquille situé entre Hell’s Kitchen au nord et Meatpacking au sud, l’Hudson à l’ouest et le Flatiron District à l’est. Au cœur de la ville, idéal pour visiter, surtout pour une première.

Image description

JOUR 1

CHELSEA – HIGHLINE – GREENWICH – UNION SQUARE

Départ du quartier de Chelsea pour aller me balader sur la high line (entrée par la West 30th street), direction la 34th, le nouveau tronçon de la high line qui surplombe les voies ferrées et le nouveau quartier de Hudson Yards. La vue est superbe, Midtown derrière et devant le New Jersey.

La high line c’est comme la PC à Paris mais en plus funky vu qu’on est à New-York. Elle traverse Chelsea et le Meatpacking district (ancien quartier de l’emballage de viande). On slalome en hauteur, au dessus des avenues et entre les immeubles, on croise du regard les sportifs dans les salles de sport au grandes baies vitrées et on aperçoit des petites ruelles aux morceaux de street art sur des façades cachées.

J’ai descendu ainsi la high line en direction de Gansevoort street. Je me suis, presque à la fin, accordée un crochet par le Chelsea Market (sortie entre la 14th et la 16th) pour prendre une pause café/pâtisserie. Le Chelsea Market est une ancienne fabrique de biscuits, là où ont été créés les OREO, reconvertie en marché couvert stylé. Il y a de tout, surtout de la bouffe, mais aussi des petits magasins, des corners de créateurs et de frippes, plus ou moins chers et tendances.

À la sortie de la high line (Gansevoort street), je voulais absolument me balader un peu dans le dynamique Meatpacking district et m’imprégner de l’ambiance encore présente et palpables des anciens entrepôts d’emballage de viande.

Avant le déjeuner, j’entame une ballade architecturale et culturelle dans Greenwich Village et vers 13h, je me suis arrêtée chez Rafele pour manger des arrancini. J’ai continué à flâner l’après-midi dans Greenwich. Ce quartier, chargé d’histoire bohème et d’avant-garde, s’est embourgeoisé. Un « village » vraiment pépère.

Je suis rentrée en remontant par Washington Square Park, Union Square et Madison Square, une promenade touristique parsemée de nombreux monuments iconiques (New York University, Broadway, Flatiron Building). Iconique, la définition même de New York.

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

JOUR 2

LOWER MANHATTAN – BROOKLYN – WALL STREET

À 8h le lendemain, le soleil prévu est au beau fixe. Je décide d’aller passer la journée à Brooklyn. Je prends le métro et je m’arrête devant le city hall. Là, je fais la queue à un stand mobile avec les hommes et les femmes en suit pour prendre un petit déjeuner à la New-yorkaise ; café et pâtisserie à emporter. Le soleil d’hiver est très agréable lorsque j’entre sur le Brooklyn Bridge. Je m’aperçois que je ne suis pas la seule à venir tôt… Au bout de quelques instants je suis suspendue au dessus de la mer. Je me retourne, la vue est époustouflante.

Je suis arrivée à Brooklyn 1h après, je me suis dirigée tout de suite vers le petit quartier de Dumbo, en face de Manhattan où entrepôts, galeries d’art, rues pavées et magnifiques vues sur la skyline offrent un décor très prisé des touristes, des blogueurs pour des séances de shooting. Je me suis armée de patience pour avoir quelques clichés, la vue sur le Manhattan Bridge est imprenable.

À l’origine, Brooklyn était une ville autonome et indépendante de New York jusqu’en 1898. Cette atmosphère est encore très palpable aujourd’hui, d’ailleurs on est de Brooklyn ou de New York. C’est le Grand New York mis en place « bien avant » le projet du Grand Paris !
L’annexion de Brooklyn à New York, connue au fur et à mesure de l’industrialisation un réel déclin. Beaucoup d’activités commerciales et industrielles cessèrent, entraînant avec elles prospérité sociale et économique. Aujourd’hui, la fuite de l’effervescence citadine fait renaître Brooklyn. Un souffle nouveau et énergique souffle sur la « ville ». Outre la « boboïsation » de certains quartiers, lorsqu’on se perd, quelques coins reflètent bien ce jeune dynamisme. Les idées fusent, il y a de la place pour la nouveauté, les mouvements et la vie créative sans prétention !

J’ai pris le ferry de l’East River à Brooklyn Bridge Park pour rejoindre le quartier de Williamsburg, que j’ai traversé pour arriver à Bushwick où se mêlent usines, terrains vagues, ateliers d’artistes et street art. Je suis ensuite arrivée à l’heure du déjeuner chez Roberta’s : un lieu atypique et détendu, genre guinguette moderne qui fait des pizzas très bonnes avec des noms cool. L’endroit utilise des produits frais cultivés à Brooklyn même.
De novembre à avril, l’agriculture urbaine brooklynite est au repos. Oui, il y aurait des fermes sur les toits, des locaux qui investissent la place pour produire localement. Certains endroits peuvent être ouverts au public, proposent des instants de jardinage et vendent leurs produits.

Je me rends compte que Brooklyn est à découvrir comme une ville, y vivre sur plusieurs jours y sont nécessaires pour s’imprégner de l’ambiance. Je me suis fait cafouiller par Brooklyn et je reste sur ma faim.

Le soir tombant, je reprends le métro plein d’idées en tête. Je passe par Wall Street et d’une nervosité frénétique je change complètement de décor. En sortant, je suis les foules à travers les buildings de la finance et je pousse jusqu’au Memorial du 11 septembre.

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

JOUR 3

UPPER EAST SIDE – CENTRAL PARK – UPPER WEST SIDE – TIME SQUARE

Le troisième jour était pluvieux alors j’en ai profité pour la visite de musées. Je me suis rendue dans le haut de Manhattan et j’ai opté pour le MET et le Musée d’Histoire Naturelle. Je mange d’abord un morceau dans une des excellentes pâtisseries du quartier en flânant parmi les buildings et hôtels particuliers luxueux. Après, direction le Metropolitan Museum (MET), c’est un peu comme Le Louvre, c’est beau ! Il y en a partout, pour tous, il y a aussi des expositions temporaires.

Pour le déjeuner, je suis allée manger chez JG Melon un burger maison : nappe à carreaux, bière, burger et fries potatoes. Il y a une ambiance ancienne de pub, lumière feutrée et service géré impeccablement.

Pour digérer, je marche dans Central Park. C’est comme un parc mais en géant. Je suis un peu déçue parce que début mars la verdure dort encore c’est un peu triste, mais ça vaut le coup d’œil. Il y a un zoo, des écureuils, des lacs, des belvédères et des petits chemins. Je le traverse d’est en ouest pour ressortir du côté Upper West Side et arriver « presque pile poil » devant le Musée d’Histoire Naturelle. Là, je me suis laissée guider au grès de mes préférences, les animaux, l’histoire, la faune et la flore… J’ai bien sûr vue la fameuse baleine longue de 30 mètres !

À la sortie, j’ai pris le métro et je me suis arrêtée à TIME SQUARE. Il fallait quand même que je vois ça. À la tombée de la nuit ça fait vraiment son effet, pendant 10 minutes seulement, parce qu’après ça devient «noisy» pour les yeux, les oreilles et le corps.

Image description

Image description

JOUR 4

EAST VILLAGE – NOLITA – SOHO – MIDTOWN

Le dernier jour, j’ai continué mon parcours architectural à travers Soho et Nolita. Je descends à Astor Place pour me promener un peu dans East Village et je profite du mélange des bâtiments. Soho est un quartier chic et branché où il y a plein d’entrepôts qui ont été reconvertis en lofts, ateliers, magasins ou entreprises. Les immeubles ont été construits au 19ème siècle, ce sont les premiers buildings avec une structure en acier, les fameux cast-iron, qui permettaient de limiter les risques d’incendie dans les entrepôts textiles.

L’après-midi, je suis remontée par Nolita. L’architecture y est très plaisante, les immeubles sont plutôt bas mais il y a un style complètement différent de Greenwich. Des petits squares se cachent au détour des rues.

En fin d’après-midi, je me suis dirigée en métro vers Midtown. Je voulais faire le Rockfeller Center et son Top of The Rock au coucher du soleil. Il y a toujours un peu de monde, les gens y rentrent par tranche horaire. Donc avant mon tour, je pars me balader depuis la 5ème Avenue et j’observe les monuments mythiques : le Chrysler Building, la gare de Grand Central, la cathédrale Saint-Patrick…
À la tombée de la nuit, la vue sur Manhattan depuis le Top of The Rock est impressionnante. Après avoir joué un peu des coudes pour me trouver une place sur la balustrade, je reste le souffle coupé. Ça brille, c’est grandiose.

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Image description

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

12 mois ago